vendredi, mai 12, 2006

CONSIDÉRATION ET BON SENS POUR LES MEMOIRES DE NOS AIEUX

Le 10 Mai appelle de la part de chacun la mémoire de nos aïeux esclaves, sous le joug de Colbert et son code noir, qui ont connu les plus inhumaines conditions de vie et d’existence. Pendant quatre siècles la déportation perpétrée de plus d’un million d’africains en esclavage aux Antilles …

Comment les petites filles et les petits fils de ces esclaves ne peuvent t’ils pas avoir un peu de dignité d’honneur et de respect pour cette mémoire ? Comment les petites filles et les petits fils de ces esclaves, aujourd’hui émancipés et libres, ne peuvent t’ils discerner encore de nos jours que par leur éternel bal boudin acras – pratique d’un nombre d’associations ? Comment peuvent t’ils se regarder en face ceux du CRAN descendant des vendeurs africains pensent qu’ils doivent aujourd’hui parler et décider au nom des petites filles et des petits fils de ces esclaves des DOM-TOM ?

Si le CRAN veut se réjouir avec ses amis d’être les descendants des vendeurs libres à eux, mais de grâce pas au nom de la mémoire des esclaves, pas au nom des victimes du génocide et crime contre l’humanité de nos aïeux.

Arrêtons de les massacrer encore aujourd’hui !!! Agissons tous ensemble contre le bal organisé par le CRAN au nom de la mémoire de nos aïeux !!!…
CONSIDÉRATION ET BON SENS POUR LES MEMOIRES DE NOS AIEUX…La Bastille doit être un lieu de recueillement pour tout les DOM-TOM de France et de tous les conscients de l’histoire de France telle qu’elle doit être écrite et non pas de bal du CRAN.

De grâce soyons digne le 10 mai 2006. Chaque DOM, Chaque TOM doit s’arrêter de travailler pour s’instruire et instruire son histoire : l’esclavage perpétré envers ses aïeux.

Chaque DOM, Chaque TOM sur le sol de France doit exiger de la République un lieu digne afin de permettre le 10 mai un recueillement digne pour les mémoires de nos aïeux et ainsi éviter toutes dérives auxquelles nous assistons.

Anne-Clémence VALENTIN, Conseillère Municipale de Stains

2 commentaires:

Ngololo a dit…

Madame,

Il est important pour vous de comprendre que ce qui est aujourd'hui la destabilisation des individus n'est pas la cause du CRAN, mais du système. Je suis moi même métisse antillais avec un nom africain, et je dois vous dire avoir dû partir de france pour comprendre mon histoire et surtout permettre a ce que je puisse construire ma vie. Car en France la discrimination est pire que dans les autres pays. C'est comme la faim, lorsque vous avez faim en Afrique, vous n'avez rien et surtout pas de tentation, alors que dans un pays ou endroit ou vous avez tout, ce n'est pas gèrable avec le temps. (voir banlieue).

Je peux vous dire que la discrimination et les controles systèmatique en banlieue depuis le plan vigipirate donne aujourd'hui les fruits d'une destabilisation et communeautarisation qui ne me semble pas être la cause d'une association mais du système.

Car je possède aujourdui cinq langues dont les langues scandinaves et je peux vous dire que la perception du noir n'est pas celui de l'objet, mais de l'individus dans sa culture.

Ceci n'existe pas en france puisque pas de communeautarisme, mais de l'assimilationisme.

C'est un choix, mais il est grave qu'il puisse y avoir une inversion de la responsabilité quant un pays organise une forme de ségragation.

étant autant blanc que noir avec une éducation française, c'est terrible. Pour moi les mécanismes en France sont semblables a l'appartheid.

Je suis désolé et surtout j'ai compris que cela serait toute ma vie. (j'ai fait le test en changeant et prennant le nom de ma mère. Donc j'ai vue.

J'aurais aimé que....

Il me semble que la mémoire de nos
"aieux" n'existe pas puisque c'est en 2006 que ce problème ce pose et non a la fin du colonialisme.
Ce qui est exactement la même chose pour les français avec une origine maghrebine.

Il me semble que le nihilisme constant des autorités françaises, et surtout les mécanismes psychologique d'éducation que j'ai aussi, donc il est difficile d'entendre votre texte dans la mesure ou comme élue de la notion, il y a des tabous comme ceux dont je paie le prix.

Donc attention de ne voir que le résultat d'une demande de reconnaissance d'un fait dont je suis une résultante.
Soit, le metissage commence en France, donc comme élue il est temps que (les statistiques ethniques apparaissent, car nous sommes le seul pays dont la constitution l'interdit pour éviter la discrimination.

Mais le constat c'est que la discrimination est institutionalisé.

Car sans statistique, aucune informations.

Et surtout, je suis en situation oui j'ai vue, décodé, compris d'un point de vue sociologique.

Aujourd'hui il faut faire attention.

La soufrance qui résulte des traitements de personnes comme moi sont indélébiles.

Pour autant je ne généralise pas car mon niveau d'éducation me le permet. Mais c'est éducation m'a été donné au danemark, en espagne, en angleterre.

En france.....

Le fait que vous ayez ce problème est la l'image du silence que l'état et aussi les élues ont gardé sur le sujet.

Donc plutôt que de mettre en cause le cran ou autres, pensez que la responsabilité ne peut être inversé.

Ce qui ce passe en terme de responsabilité avec l'aspect positif du colonialisme par texte de loi n'est pas un hasard.

Il est a l'image du reste de la situation.

La ou les américains reconnaissent ce qui a été, la france par ses représentant nie le fait.

Je peux vous dire que m'a vie a été une litanie, et que cela a changé par le fait de la protection du monde scandinave.

La discrimination par le travail est thésorisé et surtout j'ai pu le constater.

C'est terrible ce que nous vivons aujourd'hui, mais il n'y aura pas de chemin de retour en arrière.

Ma famille souffre de ce fait, de me voir et m'avoir vue, de le savoir et donc comme dans les pays sous développés espère que le fils qui a évité l'incarcération, la popérisation, le non travail, le non appartement, le non sortie pourra quand même avoir une vie normale.

Polyglotte, je connais l'histoire la culture, les pratiques du nord au sud de l'europe et l'état sait que cela réprésente la déstabilisation d'un pays.

Alors pensez y et surtout prennez votre responsabilité d'élue et non simplement de citoyenne par le point de vue.

Ngololo a dit…

Un rapport de l’ANDCP Junior sur la discrimination
Selon une enquête réalisée par l’Association nationale des directeurs et cadres de la fonction personnel de moins de 35 ans, 66% des personnes interrogées reconnaissent pratiquer la discrimination. Seuls 51% pensent pouvoir recruter sans discriminer, mais 95% déclarent que la diversité est un thème à la mode et 58% estiment « qu’en pratique, il ne s’agit pas d’une vraie préoccupation des entreprises ». Pourtant, élément contradictoire s’il en est, une large majorité aimerait occuper le poste de responsable diversité dès lors qu’il ne s’agirait pas d’un simple outil de communication.
(La Tribune, p33, 16/11/2006)